Interview de Sandrine NOUVEL
Présidente de la commission Emploi – Formation – FFB Bretagne

Sandrine NOUVEL est co-gérante des entreprises BJ 35 et BJ 56

Pouvez-vous vous présenter et nous présenter votre parcours ?

Je gère, avec mon mari Olivier, les entreprises BJ 35 et BJ 56 spécialisées dans la plomberie, le chauffage, l’électricité et la ventilation. Nous avons trois agences, deux dans le Morbihan et une en Ille-et-Vilaine. Nous comptons 60 salariés dont 4 apprentis.

Mon parcours, assez atypique, ne me prédestinait pas à diriger une entreprise du Bâtiment ! J’ai d’abord exercé dans la distribution spécialisée, sur des missions de management et de formation. Au bout de 10 ans, changement de cap, j’ai rejoint le milieu de l’insertion professionnelle en commençant par suivre la formation de formateur à l’AFPA. Après une expérience au service des entreprises, je souhaitais voir comment cela se passait « de l’autre côté du miroir ». J’ai occupé plusieurs postes, notamment chargée de mission insertion à l’INHNI, l’organisme de formation de la branche propreté. 8 ans après, j’ai rejoint mon mari dans le déploiement de son entreprise. Je suis retournée sur les bancs de l’école et j’ai suivi une formation à l’IGR (Institut de Gestion de Rennes) en 2012-13. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai été salariée de l’entreprise, pendant 3 ans, puis j’en ai pris la co-gestion. Je suis très satisfaite de toutes ces expériences et de travailler aujourd’hui aux côtés d’Olivier.

L’emploi demeure une priorité pour la commission car c’est la principale préoccupation des entreprises.

Pourquoi avoir accepté ce mandat de présidente de la commission « emploi-formation » ?

Notre président régional, Stéphane LE TEUFF, m’a effectivement proposé d’en prendre la présidence suite à son élection en juin dernier. Je participe aux travaux de cette Commission depuis plusieurs années et cet engagement, cet intérêt pour l’emploi et la formation est dans la suite logique des missions que j’ai exercées ainsi que de mon parcours. Je comprends le découragement, la résignation que certains de mes collègues expriment à l’égard du système de la formation professionnelle, de par sa complexité. Mais je souhaite les convaincre que la formation est un véritable levier pour les entreprises, il faut se saisir des outils que nous avons construits et dont nous pouvons être fiers ! La FFB est d’ailleurs là pour les accompagner dans cette démarche.

Quelles sont vos priorités pour l’année à venir ?

L’emploi demeure une priorité pour la Commission car c’est la principale préoccupation des entreprises. Nous avons lancé plusieurs actions, que ce soit la plateforme emplois ou encore « Bâti-job », et je souhaite que l’on renforce notre accompagnement en faveur du recrutement. La semaine du Bâtiment du 8 au 12 mars 2021, en partenariat avec Pôle Emploi, sera l’occasion de rappeler que notre secteur est pourvoyeur d’emploi.

La Commission va également s’impliquer dans les priorités définies par notre Président régional : je pense à la RSE, qui met en lumière les bonnes pratiques des entreprises pour attirer et fidéliser les salariés, mais aussi à l’hygiène et à la sécurité sur nos chantiers. Des chantiers sûrs, mieux tenus et plus propres renforceront l’attractivité du secteur. Sur ce dernier point, la compétition internationale des Worldskills en 2024 à Lyon est une formidable vitrine pour l’excellence de nos métiers. L’objectif fixé par notre Président national est d’avoir le maximum de médaillés français et chaque région va œuvrer pour détecter le plus de talents possible. Lionel MORETTO, notre référent régional Olympiades va, j’en suis sûre, s’atteler à cette mission avec passion.

L’orientation et la découverte de nos métiers sont également essentielles : je souhaite que l’on travaille de concert avec le Conseil régional qui a récupéré d’importantes compétences en la matière, mais aussi renforcer notre partenariat avec l’Education nationale.

La formation continue, en lien avec Constructys ne doit pas être oubliée, en particulier la transition numérique et écologique qui nous amène encore plus à faire monter en compétences les salariés.

Enfin, je reste attentive à l’apprentissage. Contre toutes attentes, nos CFA ont fait une bonne rentrée 2020 grâce à l’engagement des entreprises. Nous devons, cependant, rester vigilants car nous sommes toujours dans la découverte de ce nouveau système concurrentiel. Pierrick COLLET, notre chef de file apprentissage, ne ménage pas ses efforts pour promouvoir nos centres de formation, afin qu’ils soient le plus en phase possible avec les jeunes et les entreprises.

Ces quelques pistes, nous les affinerons lors de notre Commission le 19 novembre. Elle sera consacrée à la co-construction de la feuille de route emploi-formation pour l’année 2021.