La digitalisation du secteur du bâtiment : le BIM vient s’y inscrire directement.

Mickaël Calvez, dessinateur et responsable du bureau d’études de la préfabrication dans l’entreprise GUILLERM, témoigne de l’importance de ce nouvel outil et de sa mise en place au sein de cette entreprise située à Plouvorn dans le Finistère.

Le BIM (Building Information Modeling) est une maquette numérique 3D de l’ouvrage à laquelle sont associées les données techniques et les informations nécessaires au projet. Elle se construit au fur et à mesure que les acteurs du projet y contribuent. Le BIM est une nouvelle manière de concevoir et de construire qui s’insère dans les grands enjeux de la digitalisation des métiers du bâtiment.L’entreprise GUILLERM, dirigée par Alain Guillerm, est une entreprise centenaire qui a pour activité la construction de maisons individuelles et la vente d’éléments à façon préfabriqués. Cette entreprise a saisi l’opportunité d’intégrer le BIM et a accepté de nous en parler :

FFB : Pourquoi avoir « sauté le pas » et avoir amorcé la mise en place du BIM dans l’entreprise ?

Mickaël Calvez : L’entreprise a choisi la possibilité de faire du BIM dans une volonté d’évoluer au même rythme que le secteur du bâtiment et de continuer à travailler sur des logiciels performants, d’autant plus que nous utilisions déjà auparavant la 3D. J’insiste sur le terme « possibilité » car nous voulions être à même de travailler sur des maquettes BIM quand cela est nécessaire, mais nous souhaitions aussi pouvoir continuer notre activité de façon plus « traditionnelle ».

FFB : Où en êtes-vous dans sa mise en place au sein de l’entreprise ?

M.C : Aujourd’hui nous sommes déjà opérationnels et pouvons répondre à des demandes de type BIM parce que nos dessinateurs ont suivi les formations adéquates. Nous utilisons le BIM de 2 façons différentes :

• Une utilisation interne en ce qui concerne la construction de pavillons clés en main puisque nous nous servons de cet outil entre collaborateurs dans l’entreprise.

• Une utilisation externe pour ce qui est de la préfabrication parce que nous traitons avec des architectes et des bureaux d’études qui nous envoient leur propre fichier BIM, sur lequel on ajoute notre contribution et que l’on restitue sur demande.

FFB : A-t-il été compliqué d’intégrer le BIM à l’entreprise?

M.C : Non, en règle générale il n’est pas compliqué à mettre en place. Il nécessite cependant un investissement en temps pour les formations. En définitive, ce que nous voyons, ce sont tous les avantages que cet outil offre à l’entreprise, en termes de compétitivité, et on oublie vite les efforts déployés pour le rendre opérationnel.

FFB : Pour vous, quels avantages apporte le BIM ?

M.C : C’est un outil « gain de temps ». Tous les acteurs du projet travaillent sur un seul et même plan, plus besoin d’en reproduire un chacun de son côté comme c’est le cas encore aujourd’hui. On a aussi la possibilité d’approcher le projet plus en amont et donc d’anticiper des erreurs techniques. À côté de cela, une seule maquette BIM oblige les acteurs du projet à travailler selon des méthodes similaires, pour harmoniser leur travail.

FFB : Plus généralement, en quoi sa mise en place est un enjeu aujourd’hui pour les entreprises du bâtiment ?

M.C : Comme je l’ai dit précédemment, l’intégration du BIM permet aux entreprises de rester compétitives car elles ne perdent pas de parts de marché si elles possèdent ces compétences de type BIM. C’est un outil « gain de temps » qui améliore aussi la communication entre les acteurs du projet, en facilitant et en intensifiant leurs échanges.