Portraits croisés de Gérard et Romain BREGENT de l’entreprise JOUBREL, spécialisée en maçonnerie et taille de pierre.

L’entreprise JOUBREL à la Mézière (35) a été créée en 1925. Depuis 1988, Monsieur Gérard BREGENT dirige cette PME du bassin rennais indépendante et à caractère familial. Il emploie 29 salariés, dont 4 apprentis (2 maçons et 2 tailleurs de pierre).

L’entreprise spécialisée en conservation et préservation du patrimoine breton est reconnue pour sa haute technicité et s’est vue attribuer pour la 1ère fois en 1972 la qualification nationale pour la restauration des monuments historiques en maçonnerie et taille de pierre.

Grâce à son savoir-faire et son niveau de qualification, l’entreprise JOUBREL a travaillé sur des centaines d’édifices religieux, hôtels particuliers, châteaux et demeures privées et publiques tels que le Parlement de Bretagne, la Cathédrale Saint-Pierre de Rennes, le Château du Bois Orcan, les Châteaux de Fougères et de Vitré… L’activité de l’entreprise est concentrée essentiellement sur les régions Bretagne, Basse Normandie et Pays de la Loire.

L’entreprise a restauré, notamment, la chapelle du château de Chateaugiron qui a reçu le prix national des Rubans du Patrimoine en 2016.

Par ailleurs, Gérard BREGENT, préside le Club de Mécènes du Patrimoine Bretagne.

Aujourd’hui, Romain BREGENT, conducteur de travaux et Métreur suit la formation de l’École Supérieure de Jeunes Dirigeants du Bâtiment (ESJDB) dans les locaux de la FFB Bretagne.

Nous les avons rencontrés.

Comment avez-vous connu l’ESJDB ?

Gérard BREGENT : C’est une école que je connais depuis plus de 20 ans, via un entrepreneur dont le fils avait suivi cette formation à Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Romain BREGENT : J’ai entendu parler de cette formation par des collègues du groupe des Jeunes Dirigeants d’Ille-et-Vilaine qui en faisaient la promotion. Depuis juin, j’ai donc intégré le groupe Bretagne 10, constitué de 11 futurs repreneurs comme moi.

Pourquoi avoir choisi de suivre cette formation ?

Gérard : Tout simplement parce que cette formation offre de véritables outils qui permettent de reprendre une entreprise. Et pourquoi avoir choisi de la proposer à Romain en 2017 ?  Tout simplement parce qu’il faut avoir déjà une certaine maturité pour s’approprier ces outils.

Romain : Après un Bac technique, un CAP et un BP maçonnerie, un BEP et un BP Taille de pierre, une formation conduite de travaux-métré, cette formation me permet :

  • de parfaire mes connaissances, plus particulièrement en management, gestion et comptabilité,
  • de partager, avec le groupe, les diverses expériences d’entreprises et de se rendre compte que nous avons les mêmes problématiques quel que soit le corps d’état et les effectifs de l’entreprise.

Nous sommes au tout début de ce cursus mais cela a déjà dû changer votre organisation. Pouvez-vous déjà nous en parler ?

Gérard : Pour l’instant, j’estime que cela n’a pas entraîné de changement dans l’organisation de l’entreprise.

Romain : Selon moi, il faut être vigilant pour gérer de front l’entreprise et le suivi de la formation.

Qu’espérez-vous de cette formation ?

Gérard : J’espère pouvoir commencer à partir plus sereinement. Il est suffisamment compliqué de gérer une entreprise aujourd’hui, l’ESJDB devrait pouvoir donner à Romain des outils utiles à la reprise.

Romain : Pouvoir reprendre l’entreprise en mettant le plus de chance de réussite de mon côté. Cette formation me permet également de renforcer mon réseau de collègues.

En conclusion, Romain souhaite attirer l’attention des futurs repreneurs en leur précisant que cette formation est adaptée à tous les corps d’état du bâtiment et aussi à toutes tailles d’entreprises.