L’autoconsommation

L’autoconsommation consiste à raccorder directement un système photovoltaïque aux équipements électriques du bâtiment, afin de consommer localement l’électricité produite.

Cette solution place l’utilisateur au centre de la démarche et s’attache en priorité à satisfaire les besoins énergétiques du bâtiment.

L’autoconsommation photovoltaïque

L’autoconsommation permet de : 

• Produire et consommer localement sa propre électricité.

• Améliorer l’autonomie et la performance énergétique de son bâtiment, et accroître sa valeur verte.

• Augmenter son indépendance à l’égard de la variation des tarifs de l’électricité.

Une nouvelle manière de concevoir l’installation

Pour chaque bâtiment disposant d’un profil de consommation propre, et de conditions météorologiques particulières, une étude personnalisée doit être effectuée.

Il faudra dans cet ordre :

1. Dimensionner l’installation en fonction du type de bâtiment, de ses besoins électriques et de son profil de consommation. Et non uniquement en fonction de la surface de toiture disponible.

2. Optimiser l’autoconsommation dès la conception en évitant tout surdimensionnement de manière à ce que la production électrique soit cohérente avec la consommation électrique du bâtiment.

3. Prévoir l’adaptation des habitudes de consommation électrique des occupants et le pilotage des appareils électriques, afin de faire coïncider production et consommation.

4. Envisager l’installation d’un dispositif de stockage de l’électricité, qui permet de conserver l’électricité produite en excédent, afin de la réutiliser plus tard lorsque cela est nécessaire.

Évolution du cadre réglementaire et incitation

Depuis le 24 février 2017, la notion d’autoconsommation est inscrite dans le Code de l’Énergie. Celui-ci, définit également l’autoconsommation collective. Il est ainsi possible, sous conditions, de partager une production photovoltaïque entre plusieurs consommateurs. La loi facilite également l’autoconsommation en prévoyant une tarification du réseau adaptée, la simplification des procédures pour les installations de petite taille, et une baisse des coûts de raccordement au réseau électrique.

D’autres mesures créent des opportunités de marché pour les entreprises. Par exemple, l’obligation pour les nouveaux centres commerciaux d’avoir une production renouvelable et/ou une végétalisation en toiture (loi biodiversité) et la future réglementation environnementale, préfigurée par le label E+/C-.

Consciente de ces enjeux, la FFB a souhaité promouvoir l’autoconsommation dans ses propositions pour les législatives. Le développement pérenne de l’autoconsommation se basera sur l’accompagnement des acteurs, leur montée en compétences, une meilleure prise en compte des qualifications professionnelles, et le soutien au développement des filières de stockage.

L’autoconsommation photovoltaïque

Le troisième dossier thématique vient d’être publié

Il apporte des éclairages sur le marché de la domotique ainsi que des réponses sanitaires sur les champs électromagnétiques.

Disponible gratuitement auprès de votre fédération.