«  Il faudrait que je mette en permanence une personne derrière chaque salarié pour mesurer l’activité exacte du salarié chaque jour. Sachant que dans le secteur, sur chantier, les activités changent tous les jours, elles ne sont jamais les mêmes, donc on ne va pas pouvoir standardiser ces mesures qui sont dans le compte pénibilité. Vraiment je ne vois pas comment on va faire ! »

Retrouvez le témoignage  de Bruno Poupon (à 2’58 du début du journal d’hier soir), sur France 3 :

19/20 Bretagne