Regards croisés sur la Prévention dans le BTP à l’occasion du Salon Préventica à Rennes le 6 octobre 2016 !

Le réseau FFB Bretagne a été présent lors du Salon Préventica à travers 3 temps de conférences permettant de porter la voix des entrepreneurs du BTP.

 

Table ronde n°1 : « La Sécurité, l’affaire de tous sur les chantiers du BTP »

Animée par David BUISSET, Juriste à la FFB 35, 2 thèmes évoqués :

  • Thème 1 : les conditions de réussite d’un chantier à travers une coordination intégrée dès en amont de la phase de construction, exemple du chantier de l’EHPAD à Quévert (22)

Du maître d’ouvrage en la présence de Yves CORNEE – Ingénieur Travaux à l’Hôpital de Dinan, au Coordonnateur SPS – Yvon LE CUNFF, Sté COBATI, en présence de Guillaume DAUBERCIES- Responsable QSE de l’Entreprise BUDET et Franck BOURIEN – Contrôleur Sécurité CARSAT Bretagne, tous ces témoins ont pu relater les bonnes conditions de déroulement d’un chantier « bien pensé » en amont et à tous les échelons.

Il a notamment été évoqué la mise à disposition par le lot gros-œuvre pour les corps d’état secondaires d’un monte-matériaux, ascenseur extérieur desservant les étages et la toiture terrasse, facilitant la prévention et la sécurité pour l’ensemble des corps d’état intervenants.

  • Thème 2 : Une politique prévention d’entreprise axée sur la formation des équipes de travail

L’expérience du Groupe CARDINAL EDIFICE (35).

Isabelle BOIREAU, fait partie d’une équipe de 5 collaborateurs en charge des questions de Qualité, Sécurité Environnement au sein du Groupe CARDINAL EDIFICE.

La sécurité est abordée au sein de l’entreprise sous l’angle de la « politique sécuritaire de proximité ».

L’accent a été porté sur la formation des collaborateurs avec la création d’un centre de formation interne, mais également véhiculée dans le cadre du management, avec des parcours de formation à destination des encadrants, parcours mis en œuvre avec l’appui de l’OPP BTP. Guillaume BERTHY, Conseiller Prévention à l’OPP BTP a présenté l’outil que sont les ¼ d’heure sécurité, permettant une remontée d’information du terrain, adaptables à chaque taille d’entreprise et souples dans leur utilisation.

 

Table ronde n° 2 : Les bonnes pratiques de Prévention dans les TPE/PME du BTP

Intégrer la prévention dans le quotidien d’un dirigeant de TPE/PME du BTP, c’est ce que les intervenants Thierry MIORCEC, Romain JONCOUR, et Sébastien MAUGUEN (entreprises éponymes) ont pu relater aux côtés de Jean-François CADIOU, Ingénieur Prévention à l’OPP BTP.

Structurés avec des effectifs de moins de 10 salariés pour deux des dirigeants, la prévention passe avant tout par les messages de la direction relayés à l’ensemble des équipes mais aussi par l’association des compagnons au choix des EPI et équipements collectifs, ainsi qu’à une bonne animation du CHSCT en ce qui concerne l’entreprise JONCOUR.

Face à une conjoncture économique peu favorable au secteur depuis quelques années, les questions de prévention peuvent parfois être mises de côté pour se recentrer sur les aspects tarifaires, elles restent cependant prégnantes pour préserver les équipes de travail et les fidéliser selon Thierry MIORCEC. Bénéficier d’un appui de l’OPP BTP permet également de poser les questions de prévention, de bénéficier de conseils et d’outils de conduite du management de la santé et des conditions de travail.

En externe, cela passe également par de la coordination entre corps d’état sur chantier, Sébastien MAUGUEN a pu relater l’expérience d’échafaudage commun sur chantier, permettant d’optimiser les questions de sécurité et responsabiliser l’ensemble des intervenants du chantier.

 

Table ronde n° 3 : La formation des jeunes et l’accueil des nouveaux entrants dans la profession

A l’occasion d’une table ronde animée par la CARSAT Bretagne, dans le cadre de la déclinaison d’une convention de partenariat « charte parcours vers l’emploi dans le BTP » Eric DUBOSC (Entreprise CCL – 35 ) a pu témoigner des conditions d’accueil des nouveaux collaborateurs au sein de son entreprise de charpente. L’important est d’assurer la continuité du message sur la sécurité entre le centre de formation et l’entreprise. Cela passe par un suivi particulier des jeunes qui ont souvent un sentiment d’invulnérabilité. Il faut, dès leur arrivée leur montrer les dangers et les conséquences éventuellement graves de leurs actes pour la pérennité de leur intégrité physique.

On ne peut se satisfaire des statistiques d’accidents graves qui touchent 15% des jeunes dans les 3 premiers mois de leur arrivée dans l’entreprise. Il faut communiquer auprès des maîtres d’apprentissage pour renforcer leur vigilance.